DANTEC : American Black Box

Publié le par Vae

Le dernier livre de Maurice Dantec est aussi le premier de ses livres que je lis. J'ai connu Dantec grâce à internet. Son écriture fulgurante, son étonnante et violente lucidité dans l'analyse de la guerre mondiale qui oppose le monde libre à l'islamo-fascisme font de lui un auteur majeur, en tout cas pour moi. Sa black box enregistre en particulier toutes les formes de collaboration et de complicité objective avec l'ennemi. En France, le degré de collaboration est tel,  la police de la pensée est si omniprésente, qu'il faut lire et aimer Dantec pour espérer sauver la liberté de penser, pour sauver LA liberté.

EXTRAIT DE L'AVANT PROPOS :

Ce livre est l'enfant du chaos. Non seulement le chaos du monde tel qu'il se (dé)configure chaque jour, sous le ciel grisâtre des nihilismes, mais le chaos laissé par la dévolution de la pensée, par la peur, la haine de soi, le ressentiment, la culpabilité, et les divers étrons idéologiques qui font de la France ce pays qui est sorti définitivement de l'Histoire pour entrer dans l'âge des postures culturelles et des imposteures politiques à grande échelle.

A l'instant où des démagogues avertis déposent des gerbes de fleurs pour commémorer la mort accidentelle de deux « jeunes Français » s'étant malencontreusement perdus dans un transformateur électrique, pas un mot n'est prononcé en mémoire du technicien urbaniste assassiné le même jour parce qu'il photographiait le mauvais réverbère, au mauvais moment, au mauvais endroit. Pire encore, en cette journée des pleureuses démocrates, un autobus était attaqué à Marseille avec des produits incendiaires. Une jeune femme, étudiante d'origine sénégalaise, brûlée sur soixante-dix pour cent du corps, est toujours entre la vie et la mort. Mais comme je l'ai déjà dit: Non-non-non-non-non, il n'y a pas de racisme antifrançais ( ou autre) dans les mosquées radicales clandestines des banlieues, non-non- non-non-non, des jeunes gens qui mettent le feu à des êtres humains ne sont pas des bêtes sauvages, non-non-non-non-non, il ne faut pas les ostraciser, ils ont bien le droit, eux aussi, d'exprimer leurs frustrations et de vouloir ainsi passer à la télévision. […]

Au moment où chaque jour les talibans attaquent écoles, dispensaires, associations civiles, policiers, médecins, professeurs dans le sud de l' Afghanistan, la coalition des traîtres pacifistes (au Québec c'est une seconde nature) organise une grande manifestation « pour la paix et le retrait des troupes canadiennes » .Le 6 août dernier, gauchistes, collabo-pacifistes et nazillons de diverses obédiences se sont ralliés à la gauche indépendantiste québécoise pour soutenir le «peuple libanais» contre l'«invasion israélienne», les drapeaux du Hezbollah submergeaient le cortège, et les drapeaux fleurdelisés s'agitaient au rythme de celui des terroristes. Jamais un de mes «journaux», pourtant conçus comme un amas de bribes, quelquefois sans la moindre date, n'a ressemblé à ce point à l'univers dont il est sorti. Il est le portrait craché de sa Matrice. Refusé plusieurs fois, par mon éditeur d'origine pour commencer, il m'a fallu souvent adapter son langage aux oukazes staliniens de la justice aux ordres; commencé, « terminé », repris, stoppé, repris à nouveau, préfaces successives se translatant en postfaces, tout comme l'inverse, relectures incessantes, au fil des événements qui se déroulaient, ce volume du Théâtre des Opérations ne devait pas, à l'origine du projet, dépasser une année pleine- soit 2003- avant d'être publié. Le monde qui se défait sous nos yeux en a décidé autrement, mais c'est comme si une lumière secrète pointait derrière la muraille protectrice de la bien-pensance moderne: les diverses tentatives pour le faire taire, ce petit Baby Chaos dont les vagissements semblaient gêner les voisins, occupés à regarder Ardisson ou un match de la Coupe du Monde, l'ont à contrario poussé au-delà de ses limites, frappé du sceau de l'infamie avant même sa parution, qu'a-t-il donc à craindre vraiment, une fois que ces pages seront rendues publiques ?

A l'heure où les émeutes « talibanlieusardes » se transforment en actes de guerre, avec guet-apens organisés à un rythme quotidien contre les forces de l'ordre -une sorte de « stratégie à l'irakienne » tiens ? -, maintenant que nous savons que plus de vingt mille voitures ont brûlé durant les six premiers mois de 2006, exactement le même chiffre que l'an dernier, alors même que les « événements » n'ont pas encore commencé, il est probable qu'énoncer calmement les faits vaudra au Baby Chaos son lot d'insultes bien senties.

Mais Baby Chaos est aussi l'American Black Box. Il va devenir ce qu'il est: une sorte d'arme de destruction massive, c'est-à-dire une arme qui tient dans votre poche. Il capte-émet-décode-enregistre. Non seulement il n'oublie rien, mais il sait déchiffrer les petites conspirations de l' époque, les micro-mensonges des Pravda de l'audiovisuel, ou des Al-Manar en langue française, les capitulations en série du monde de la « culture », l'esprit néo-collaborateur du Français pauvre, riche, ou moyen, désormais attribut ontologique de ce qui fut ma nation, vilaine concussion polytraumatique qui synthétise toutes nos défaites passées, présentes et à venir.

A l'heure où j'écris ces lignes, le parti républicain de G .W. Bush passe un mauvais quart d'heure aux élections législatives américaines. Voilà qui réjouira la nébuleuse vert-brun-rouge qui nous donne enfin la preuve que le crétinisme totalitaire, quels que soient ses origines et ses objectifs, ressemble à toute matière visqueuse qui se respecte: il s'associe avec une facilité déconcertante à toutes les substances qui lui sont similaires, produisant une nuance de vert caca d'oie qui sied si bien aux égoutiers qui les malaxent. [novembre 2006]

Publié dans livres

Commenter cet article

Nebo 22/09/2007 14:44

Et si vous lisez, un jour, les deux premiers tomes (parus chez Gallimard) de son "Théâtre des Opérations" vous verrez le parcours, la transformation, en même temps que la constante qui habitent cet écrivain...

Bien à Vous.

@)>-->--->---

vae 21/02/2007 13:56

Je vois qu'on se mélange les couleurs chez les rouges, ça confirme...

C Affolant 19/02/2007 22:40

DANTEC ce n'est pas vert-brun-rouge , ç'est seulement BRUN

Simon 17/02/2007 17:57

Pour ma part, je viens d'achever Grande Jonction du même Dantec.. Plus de 500 pages dévorées en quelques jours, une odysée christianno-libérale contre le Camp-monde, le nihilisme,... Je vous le recommande vivement.